Robert DenoŽl, éditeur

Les Editions Denoël et Steele

 

Bernard Steele, qui habitait alors 7 rue Dupont-des-Loges, a rencontré Robert Denoël en décembre 1929 dans sa Librairie des Trois Magots, 60 avenue de La Bourdonnais, à cause d'une nouvelle édition à paraître de l'Ulysse de Joyce dont il proposait en vitrine un prospectus publicitaire.

Denoël lui parla du roman d'un jeune peintre qu'il venait de publier : « De mon côté, je lui fis part de mon intention de publier des traductions d’auteurs contemporains américains et anglais, pratiquement inconnus en France. Je m’entretins plusieurs fois avec Denoël au cours des semaines qui suivirent et nous décidâmes finalement de publier ensemble de jeunes auteurs français ou de langue française », dit-il en 1970.

C'est début mars 1930 que Denoël parle pour la première fois de Steele à Irène Champigny : « Je viens de jeter les bases d’une association avec un jeune américain qui apporte 150.000 frs pour fonder une société d’édition en dehors des Trois Magots. Je vais pouvoir travailler sans souci des fins de mois. »

Le 30 mars il est sûr de son fait : « Denoël a le plaisir de vous informer qu’il n’existe plus. Je veux parler de l’éditeur. Je deviens " Denoël, Steele et Cie ", c’est-à-dire une société qui menace d’être puissante. Nous avons de gros projets. [...] Steele est un Américain de 30 ans fort riche qui a envie de faire une très grande maison. Pour le moment, nous partons avec prudence. D’ici un an il est possible que notre maison prenne un très grand développement », écrit-il à Victor Moremans.

Denoël, Steele et Cie... Qui pouvait être ce troisième associé qui ne sera plus évoqué par la suite ? Anne Marie Blanche était sa partenaire dans la Société « Aux Trois Magots » et il semble qu'il l'ait désintéressée dès octobre 1929. S'agissait-il de Beatrice Hirshon, la mère de Bernard, qui gérait effectivement la fortune familiale ?

Le 10 avril 1930 Robert Denoël et Bernard Steele arrêtent les statuts d'une s.a.r.l. qui aura pour objet « l’exploitation d’un fonds de commerce, d’éditions littéraires et artistiques, ainsi que toutes opérations industrielles, commerciales, financières et même immobilières se rapportant directement ou indirectement au dit objet. »

Sa dénomination est « Les Editions Denoël et Steele » et son siège social est à Paris, 60 avenue de La Bourdonnais. Elle commence le 1er avril 1930 et son capital social est fixé à 300 000 francs. La société est enregistrée au Registre de commerce sous le n° 244 131 B.

Denoël apporte à la société un fonds de commerce d’éditions littéraires et artistiques, exploité actuellement à Paris, 60 avenue de La Bourdonnais, ensemble la clientèle et l’achalandage, le matériel, les marchandises, les contrats passés et en cours d’exécution, le tout évalué d’accord entre les parties :  150 000 francs.

Steele fait apport d’une somme en liquide de :  150 000 francs.

Le capital social est divisé en 600 parts de 500 francs, chacune entièrement libérée, et attribuées pour moitié à chacun des associés. La société est administrée par MM. Denoël et Steele qui sont nommés pour la durée de la société, en qualité de gérants, avec la faculté d’agir ensemble ou séparément. Le traitement mensuel de chacun des deux associés est fixé à 3.000 francs.

[Acte sous seing privé enregistré le 11 avril 1930 au greffe du Tribunal de commerce de la Seine sous la cote n° 324]

*

Deux sociétés vont donc co-exister durant plus de six mois, avenue de La Bourdonnais. Cinq ouvrages y sont publiés entre mai et juillet 1930. Dès le 30 mars Denoël a écrit à Moremans : « Nous avons loué un local magnifique que nous inaugurerons au mois de juillet. »

Archives commerciales de la France,  19 décembre 1930

Cette curieuse bâtisse située au 19 rue Amélie avait abrité jadis une chapelle luthérienne. Elle resta désaffectée entre 1911 et 1926, puis une bonneterie s'y installa et ferma ses portes en 1929. L'inauguration de la maison d'édition eut lieu en septembre, et le transfert du siège social de la société fut enregistré le 4 décembre, « à compter du 15 novembre » au greffe du Registre du commerce.

[Acte sous seing privé enregistré le 4 décembre 1930 au greffe du Tribunal de commerce de la Seine sous la cote n°113]

 

*

Le 1er octobre 1932 le capital de la société est porté à 365 000 francs grâce à un versement de 65 000 francs de Mme Beatrice Hirshon, la mère de Bernard Steele, habitant New York, 505, 5e Avenue, qui, en représentation de son apport, devient « co-associée, non gérante » et reçoit 130 parts de 500 francs.

A cette date la répartition des parts sociales est la suivante :

* Robert Denoël : 300 parts de 500 F  [150 000 F]

* Bernard Steele : 300 parts de 500 F [150 000 F]

* Beatrice Hirshon : 130 parts de 500 F  [65 000 F]

Soit en tout 730 parts de 500 F représentant le nouveau capital social de la société fixé à 365 000 francs.

[Acte de modification du capital passé devant le notaire H. Dubois, 30 rue de Gramont, Paris IIe, et enregistré le 3 novembre 1932 au greffe du Tribunal de commerce de la Seine sous la cote n° 48]

*

Le 30 décembre 1936 Beatrice Hirshon cède à Robert Denoël 125 parts sociales qui lui appartiennent dans la Société des Editions Denoël et Steele.

 

[Acte sous seing privé enregistré le 27 janvier 1937 au greffe du Tribunal de commerce de la Seine sous la cote n° 723 ]

 

*

Le 30 décembre 1936 Beatrice Hirshon cède à Bernard Doreau dit Max Dorian 3 parts sociales qui lui appartiennent dans la Société des Editions Denoël et Steele.

 

[Acte sous seing privé enregistré le 27 janvier 1937 au greffe du Tribunal de commerce de la Seine sous la cote n° 724 ]

*

Le 30 décembre 1936 Beatrice Hirshon cède à Pierre Denoël, frère cadet de l'éditeur, 2 parts qui lui appartiennent dans la Société Denoël et Steele.

[Acte sous seing privé enregistré le 25 janvier 1937 au greffe du Tribunal de commerce de la Seine sous la cote n° 725 ]

*

Le 30 décembre 1936 Bernard Steele cède à Robert Denoël les 300 parts sociales qui lui appartiennent dans la Société des Editions Denoël et Steele.

[Acte sous seing privé enregistré le 25 janvier 1937 au greffe du Tribunal de commerce de la Seine sous la cote n° 726 ]

 

La répartition des parts sociales s'établit comme suit :

* Robert Denoël possède 725 parts sociales de 500 F.................................. 362 500 F

* Pierre Denoël possède 2 parts sociales de 500 F.......................................      1 000 F

* Max Dorian possède 3 parts sociales de 500 F...........................................        1 500 F

Soit au total : 730 parts représentant le capital social de 365 000 francs.

L'article VIII des statuts de la société est ainsi modifié :

* Par suite de la cession de tous ses droits dans la société, Bernard Steele « a donné, verbalement, le 12 janvier 1937, sa démission de gérant à dater rétroactivement du 31 décembre 1936. Robert Denoël a été nommé seul gérant de la société ».

* A la même date, la dénomination de la société a été modifiée pour devenir « Les Editions Denoël ».

Archives commerciales de la France,  3 mars 1937