Robert DenoŽl, éditeur

Pièces à conviction

Dans le langage policier, les pièces à conviction sont des articles saisis comme éléments de preuve sur les lieux d'un crime, et conservés au greffe du tribunal où ils sont mis sous scellés.

Celles qui sont commentées ici n'ont pas toutes été saisies par la police, loin s'en faut, puisque la voiture Peugeot de Jeanne Loviton lui fut restituée sans examen dès le lendemain du meurtre de Robert Denoël.

Le Colt 45 qui a servi à l'abattre n'a pas été retrouvé : c'est grâce à la balle et à sa douille retrouvées sur les lieux qu'on a pu le décrire précisément.

Le mémoire en défense de l'éditeur n'a jamais été décrit ni analysé puisqu'il a, lui aussi, disparu, mais tout le monde en a entendu parler. C'est « par défaut » qu'il a fallu essayer d'inventorier le contenu de ce dossier si convoité.

On ne dispose pas de la liste des pièces enregistrées le 3 décembre 1945. Trois d'entre elles ont été retirées du greffe le 14 janvier 1946 par l'inspecteur de police Dulphy, en vue d'une reconstitution :

La liste des pièces déposées au greffe du Tribunal de Première instance du département de la Seine, concernant uniquement la troisième enquête de police, est la suivante :

[Signé par le greffier : Schmid]