Robert Denoël, éditeur

Fiches bibliographiques

ID : 826

Auteurs : Oubert, Georges; Roussel, Max.

Titre : La Monstrueuse Affaire Weidmann. Préface du commissaire Guillaume

Editeur : Editions Denoël

Année d'édition : 1939

Lieu d'impression : Paris

Imprimeur : Imprimerie Puyfourcat

Achevé d'imprimer : [mars 1939]

Format : 19 cm

Nombre de pages : 190 p.

Illustrations :

Couverture : illustrée

Collection :

Numéro dans la collection :

Prix de vente : 7,50 F

Catégorie : Histoire sociale


Commentaires

Dépôt légal s.d. [BnF : 8° F-39519]

Compte rendu par « Les Treize » dans L'Intransigeant du 13 mars 1939 [voir « dossier de presse »]

L'ouvrage est sorti de presse au moment de l'ouverture du procès, qui eut lieu à Versailles du 11 mars au 2 avril 1939. Il figure sur la liste belge CEHD de septembre 1941, mais non sur les listes Otto françaises

Les auteurs, tous deux journalistes :

* Georges Oubert, d'origine dijonnaise, ne paraît pas avoir publié d'autre ouvrage. Il rend compte des affaires à sensation et à scandale dans plusieurs organes de presse : Audaces, le mensuel coquin de Paris (1933-1934), Paris-Soir, Police-Magazine, et surtout Le Populaire (plus de 70 articles en 1934-1935) pour le compte duquel où il couvre notamment l'affaire Stavisky

* Max Roussel est né en Algérie. Son père était directeur des mines du Chabel Ballout, à Souk-Ahras ; son grand-père, Félix Roussel, fut pharmacien à Alger, dans le quartier de Saint-Eugène. En 1925 Max, qui fait partie du Cercle Littéraire d'Alger, publie en feuilleton ses premiers textes littéraires dans L'Echo de Bougie (1924) puis dans La Vie Algérienne. Son premier roman, Comédiennes, est primé en 1925 par le journal puis publié l'année suivante par l'éditeur Brengau à Alger. On le retrouve en 1935 à Paris-Soir et Paris-Midi. C'est pour le second qu'il couvre en 1941 le procès de Riom. Cette année-là il publie un récit anti-anglais, Je reviens d'Angleterre. On perd ensuite sa trace jusqu'en 1948, date à laquelle il publie chez Fournier-Valdès un roman noir homosexuel traduit de l'allemand : Ne sont pas morts tous les sadiques, qui serait dû à Ernst Ratno, un déserteur né à Breslau vers 1920, mais que d'aucuns lui attribuent formellement, tel l'éditeur de Montpellier GKC [GayKitschCamp], qui l'a réédité en 2012 en mentionnant sur la couverture : « Ernt Ratno [Max Roussel] ». L'année suivante Roussel publie aux Editions du Scorpion de Jean d'Halluin Le Festin des charognes, un roman « trash » réédité en 1998 par les Editions Sortilèges dans leur collection « Les Anges du bizarre »

Le préfacier : Marcel Guillaume, commissaire de police [1872-1963]

Eugen Weidmann [5 février 1908-17 juin 1939] : dernier condamné à mort guillotiné en public en France