Robert Denoël, éditeur

Fiches bibliographiques

ID : 306

Auteur : Launay, Pierre-Jean.

Titre : Léonie la bienheureuse

Editeur : Editions Denoël

Année d'édition : 1938

Lieu d'impression : Tours

Imprimeur : Imprimerie Arrault

Achevé d'imprimer : [septembre 1938]

Format : 19 cm

Nombre de pages : [11]-220 p.

Illustrations :

Couverture : imprimée

Collection :

Numéro dans la collection :

Prix de vente : 18 F

Catégorie : Roman



Edition illustrée, 1939

Commentaires

Dépôt légal le 9 mars 1939 [ BnF : 8° Y2. 85638]

Volume numérisé par Google le 17 février 2010

Tirage de luxe à 133 exemplaires :

* 8 pur fil dont 5 num. 1 à 5 et 3 h.c. num. I à III

* 125 alfa dont 100 num. 6 à 105 et 25 h.c. num. IV à XXVIII

Annonces :

* dans L'Intransigeant du 1er juin 1938

* dans L'Homme Libre des 3 juin et 28 septembre 1938

* dans L'OEuvre du 25 septembre 1938

* dans Vendredi du 8 décembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* dans Candide du 14 décembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* dans Paris-Soir en décembre 1938 et janvier 1939 [après l'attribution du Prix Renaudot ; voir « dossier de presse »]

« Vient de paraître » :

* dans Le Journal du 14 août 1938

* dans la Gazette de Lausanne du 27 septembre 1938 [« Livres reçus »]

* dans Ce Soir du 5 octobre 1938 [voir « dossier de presse »]

* dans Candide du 6 octobre 1938 [voir « dossier de presse »]

* dans L'Homme Libre du 8 octobre 1938

* dans Marianne du 16 novembre 1938 [voir « dossier de presse »]

Comptes rendus :

* non signé dans Vendredi du 9 septembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par Jean-Pierre Maxence dans Gringoire du 23 septembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par J.B. [Janine Bouissounouse] dans Les Nouvelles Littéraires du 1er octobre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par Pierre Descaves dans Dimanche-Illustré du 9 octobre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par André Rousseaux dans Le Figaro du 15 octobre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par Despréaux dans La Vie Parisienne du 2 novembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par André Billy dans L'OEuvre du 6 novembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par Robert de Traz dans la Revue Hebdomadaire du 12 novembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par Edmond Jaloux dans Les Nouvelles Littéraires du 19 novembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par Philippe Diole dans Vendredi du 2 décembre 1938 [longue interview de l'auteur ; voir « dossier de presse »]

* par Pierre Lagarde dans Excelsior du 8 décembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par Léon Deffoux dans L'OEuvre du 8 décembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par « Les Coupe-papier » dans Le Matin du 11 décembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par Jean Vignaud dans Le Petit Parisien du 13 décembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par Robert Bourget-Pailleron dans la Revue des deux mondes du 1er-15 décembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par Henry Bidou dans le Journal des débats politiques et littéraires du 23 décembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par René Blech dans L'Humanité du 31 décembre 1938 [voir « dossier de presse »]

* par Claude Morgan dans les Cahiers du bolchévisme de janvier 1939 [voir « dossier de presse »]

* par Jeanne Alexandre dans les Feuilles libres de la quinzaine du 31 janvier 1939 [voir « dossier de presse »]

* non signé dans Micromégas du 10 février 1939 [voir « dossier de presse »]

* par André Thérive dans Le Temps du 2 mars 1939 [voir « dossier de presse »]

Prix Renaudot et Prix des Deux-Magots, l'un et l'autre décernés le 7 décembre 1938

Figure au catalogue 1941 à 48 F sur pur fil, à 35 F sur alfa, à 21 F sur papier ordinaire ; soldé 60 F en juin 1947

Une édition populaire illustrée par G. Beuville en août 1939 chez Ferenczi [Collection « Le Livre moderne illustré », n° 323]

Une nouvelle édition chez Corrêa en 1946

Une réédition en 1981 dans la collection « Le Livre de poche »

L'auteur [Carrouges 27 décembre 1900 - Mougins 23 avril 1982] : fils de quincaillers normands, catholique, marxiste, proche des surréalistes au cours des années 20, familier du salon de Lise Deharme, journaliste à Paris-Soir. En 1941 il abandonne le journalisme et se retire à Brive où il participe à la direction d'un établissement pour enfants déficients. Participe au mouvement de résistance « Combat ». Arrêté par la Gestapo en janvier 1943, il est incarcéré durant trois mois à Compiègne. Nommé rédacteur en chef-adjoint de Libération en 1945, puis directeur littéraire du magazine Elle jusqu'en 1968. Fait ensuite partie du comité de lecture des Editions Grasset

Denoël lui a édité un premier roman en 1937 : Le Maître du logis [voir le n° 243]