Robert DenoŽl, éditeur

2018

 

Janvier

 

Au terme d'une piteuse polémique à propos du bien fondé de la réédition par Gallimard des écrits antisémites de Louis-Ferdinand Céline, les officines inavouables se bousculent sur l'Internet pour proposer à la clientèle câblée des réimpressions illicites de ces écrits.

Premier de cordée : les Editions Omnia Veritas Ltd, basées partout et nullle part, mettent en vente les trois textes sulfureux « réunis en un seul volume au prix imbattable de 37 euros » sous le titre Ecrits controversés (il fallait bien se démarquer de l'édition canadienne). Plus mystérieux est le volume Autres pamphlets (18 €) dont on ne voit pas trop ce qu'il contient.

      

« La Griffe Rouge » qui, en 2013, avait réussi à mettre en vente sur Amazon sa propre réimpression baptisée Les Ecrits maudits à 87,73 €, mais cédée à 68,99 €, va devoir faire un nouvel effort, tout comme les Editions de la Reconquête qui, depuis 2011, expédient du Paraguay des réimpressions séparées à 64, 58 et 48 euros...

Du coup les sites de ventes en ligne s'enflamment : des volumes dont l'encre n'est pas tout à fait sèche sont proposés au double des prix affichés chez ces « éditeurs », et l'édition canadienne s'envole à 165 €. Seuls les libraires paraissent garder la tête froide : les éditions anciennes se négocient encore à moins de 100 euros. Sale temps pour les rêveurs.

 

Février

 

Le 2 : La librairie parisienne Delamain, proche du Palais Royal, propose sur Facebook un exemplaire du service de presse de Voyage au bout de la nuit ayant appartenu à Auguste Picq [1897-1996]. Le comptable des Editions Denoël l'avait agrémenté d'une petite photo de l'écrivain due à Cillie Pam-Ambor, une gymnase autrichienne que Céline avait rencontrée le 4 septembre 1932 au Café de la Paix.

       

L'examen de cet exemplaire permet de vérifier que le tirage destiné à la presse ne portait pas la mention « S P » imprimée au dos du volume, comme il était d'usage, mais marquée au moyen d'un tampon encreur au bas de la 4e de couverture. Pour réduire les frais, l'éditeur a donc soustrait 200 exemplaires du premier tirage pour les envoyer aux critiques littéraires.

L'utilisation commerciale des réseaux sociaux par les libraires est assez récente. Celui-ci a fixé son prix de vente à 4 000 euros, mais il ne l'affiche pas.

Ce volume qui apparaît pour la première fois sur le marché permet de réunir la majeure partie des membres du personnel des Editions Denoël et Steele auxquels Céline avait dédicacé le livre à sa parution, en octobre 1932. Pour mémoire : Robert Beckers et Max Dorian, les attachés de presse [exemplaires sur vergé d'Arches vendus au cours des années 70], Juliette Geneste-Beckers [exemplaire sur alfa, invendu], Georges Fort, le magasinier [exemplaire du service de presse vendu en novembre 2010].

Le 3 : Le Lions Club de Mers-les-Bains offre à la ville natale d'Eugène Dabit un autoportrait expressionniste du peintre datant de 1923. Cette huile sur toile (55 x 46 cm) avait été mise en vente à l'Hôtel Drouot le 3 novembre 2016 par l'Etude Ader, qui l'avait estimée 400 à 600 euros, et qui ne trouva pas preneur. La vente s'est donc conclue ensuite à l'amiable.

On sait que Dabit, dont les parents habitaient Montmartre, ne fut mersois que par raccroc : c'est sa mère qui tenait à ce que son enfant naquît au bord de la mer. Le couple choisit donc une petite ville modeste près du Tréport, et y loua un appartement au premier étage d'une boulangerie, où Eugène vit le jour, le 21 septembre 1898.

Il est réconfortant que cette ville de la Somme ait choisi d'honorer un peintre-écrivain dont l'oeuvre picturale est oubliée, et qui ne survit dans la littérature que grâce au seul Hôtel du Nord publié en 1929 par Robert Denoël.

 

Avril

 

Le 19, mise en vente à l'Hôtel Drouot du manuscrit autographe du roman de Joë Bousquet : Le Passeur s'est endormi. La description de l'expert Aguttes : « 1938. 126 pp. in-4 en 18 cahiers agrafés; léger manque au dernier feuillet, sans perte de texte, 2 pages son paginées par erreur 83. Important manuscrit autographe corrigé du Prologue et de la première partie (sur quatre) de ce roman de Bousquet, en grande partie autobiographique. Il contient 18 chapitres correspondant à plus du tiers du livre paru aux Editions Denoël en 1939 ».

   

Elle correspond exactement à celle du manuscrit passé en vente à l'Hôtel Drouot le 27 février 2014, où il avait réalisé 6200 euros. Ici, l'estimation est de 3/4 000 euros.