Robert DenoŽl, éditeur

 

1986

 

Janvier

 

Le 16 : Décès à Paris de Jean Cassou. Né le 9 juillet 1897 à Deusto, près de Bilbao, d'un père ingénieur et d'une mère andalouse, il fut le secrétaire de Pierre Louys. Nommé inspecteur des Monuments historiques en 1932, membre du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes après le 6 février 1934, il dirige, à partir de 1936, la revue Europe.

En mai 1936, il fait partie du cabinet du ministre de l'Education nationale Jean Zay dans le gouvernement de Front populaire, ce qui lui vaut d'être pris à partie par Céline dans Bagatelles pour un massacre : au cours d'une supposée réunion dans un cercle culturel parisien, rue de Navarin, l'auteur y a aperçu les « dignitaires juifs de la Culture, dont Cassou le grand Poète-Inspecteur-Damné-de-la-Terre (100.000 francs par an) ».

Nommé conservateur-adjoint du musée d'Art moderne en avril 1940, il est révoqué deux mois plus tard par le gouvernement de Vichy. Réfugié à Toulouse, il est arrêté le 13 décembre 1941 et libéré le 18 juin 1943.

En juin 1944 il est nommé Commissaire de la République de la région de Toulouse par le Gouvernement provisoire. Le 20 août 1944 il est grièvement blessé au cours d'un accrochage avec une colonne allemande. Convalescent, il est nommé en octobre 1945 conservateur du musée d'Art moderne, fonction qu'il occupe jusqu'en 1965.

Les relations entre Jean Cassou et Robert Denoël sont attestées dès novembre 1926. En avril 1929 Cassou consacre un intéressant article aux deux premiers livres publiés à l'enseigne des Trois Magots par le jeune éditeur ; en 1932 il conseille à Jean de Bosschère de lui proposer Satan l'Obscur.

Jean Cassou, qui est aussi directeur de la revue Europe dont Denoël sera dépositaire entre janvier et août 1939, intercède auprès de lui à cette époque à propos de trois romans que lui a confiés Joë Bousquet et qu'il tarde à publier.

On peut croire que leurs relations cessent après septembre 1940, lorsque Cassou s'engage dans la Résistance, alors que Denoël choisit de maintenir à tout prix sa maison d'édition. Ils se « retrouveront » cependant bien plus tard : Jean Cassou a été inhumé à Thiais.

 

Juillet

 

Le périodique liégeois Si Liège m'était conté consacre un numéro spécial au lutteur Henri Herd dit Constant-le-Marin [1884-1965], l'oncle de Cécile Brusson. Lambert Grailet, neveu du lutteur et cousin de Cécile, lui consacre une notice bien documentée, en rappelant ses liens familiaux avec Robert Denoël.

 

 

Octobre

 

Le 31 : Décès de Marie Mauron à Saint-Remy de Provence, où elle était née le 5 avril 1896. Robert Denoël avait édité en 1937 son premier livre, Mont-Paon, et, l'année suivante, Le Quartier Mortisson, qui faillit obtenir le prix Femina.

    

© Ina.fr