Robert DenoŽl, éditeur

 

1972

 

Août

 

Le 24 : Lucien Rebatet meurt des suites d'une crise cardiaque à Moras-en-Valloire, une petite commune de la Drôme où il était né le 15 novembre 1903. Robert Denoël lui avait édité deux ouvrages, le premier en mars 1941 dans la collection « Les Juifs en France » des Nouvelles Editions Françaises, le second en juillet 1942.

     

 

Rebatet n'était connu jusque-là que pour ses chroniques musicales signées François Vinneuil dans L'Action Française puis, à partir de 1932, dans Je suis partout. Sur le plan éditorial il est l'auteur d'une pochade illustrée par Ralph Soupault : Le Diable à l'Hôtel Matignon [1939] et d'une brochure politique : Le Bolchévisme contre la civilisation [octobre 1941].

On peut donc considérer que c'est Robert Denoël qui l'a lancé en 1942 en publiant - avec quel succès ! - Les Décombres dont les tirages successifs atteindront au minimum 65 000 exemplaires, soit davantage que les livres polémiques de Céline.

Etre l'éditeur d'un tel « best seller » sous l'Occupation a son prix : pendant et après la guerre, Denoël se verra reprocher invariablement la publication de ce pamphlet sulfureux.

Photo Philippe Landru,  août 2007

Lucien Rebatet repose, avec son épouse d'origine roumaine, Véronique Popovici [1906-1988], dans le petit cimetière situé près de l'église de Moras-en-Valloire